New book – Beholding Disability in Renaissance England, by Allison P. Hobgood – University of Michigan Press

Beholding Disability in Renaissance England

 
Allison P. Hobgood
 
How disability and ableism took shape in Renaissance England
 

Description

Human variation has always existed, though it has been conceived of and responded to variably. Beholding Disability in Renaissance England interprets sixteenth- and seventeenth-century literature to explore the fraught distinctiveness of human bodyminds and the deliberate ways they were constructed in early modernity as able, and not. Hobgood examines early modern disability, ableism, and disability gain, purposefully employing these contemporary concepts to make clear how disability has historically been disavowed—and avowed too. Thus, this book models how modern ideas and terms make the weight of the past more visible as it marks the present, and cultivates dialogue in which early modern and contemporary theoretical models are mutually informative.

Beholding Disability also uncovers crucial counterdiscourses circulating in the English Renaissance that opposed cultural fantasies of ability and had a keen sensibility toward non-normative embodiments. Hobgood reads impairments as varied as epilepsy, stuttering, disfigurement, deafness, chronic pain, blindness, and castration in order to understand not just powerful fictions of ability present during the Renaissance but also the somewhat paradoxical, surprising ways these ableist ideals provided creative fodder for many Renaissance writers and thinkers. Ultimately, Beholding Disability asks us to reconsider what we think we know about being human both in early modernity, and today.
 

Allison P. Hobgood is an Affiliated Scholar at Willamette University.

More information on the editor website.

Online conference – Composing Disability Conference: « A Cultural History of Disability », hosted by the OrganizerGeorge Washington University – April 9th – 5:00 PM – 11:00 PM CEST

 

About this Event

We are happy to announce that the Composing Disability conference that was postponed last year will be returning virtually on April 9th, 2021. Please join us in celebrating the publication of A Cultural History of Disability. This six-volume collection focus on Antiquity, the Middle Ages, the Renaissance, the Long Eighteenth Century, the Long Nineteenth Century, and the Modern Age. The presenters for the event are listed below in the program and feature Martha Stoddard Holmes of California State, San Marcos and Joyce Huff of Ball State University (GW English PhD, 2001) who will deliver the keynote address for this event. All six volumes of A Cultural History of Disability will be available through the Gelman Library.

Composing Disability: A Cultural History of Disability is free and open to the public and will take place on April 9th, 2020 as a virtual event. The conference will feature live transcription and an ASL interpreter.

A Cultural History of Disability includes numerous participants from GW. The general editors for the six-volume series are David Bolt and GW English Professor Robert McRuer. The volume on the Middle Ages is edited by Professor Jonathan Hsy, along with Tory V. Pearman and Joshua R. Eyler, and the volume on the Modern Age is edited by Professor David T. Mitchell and Sharon L. Snyder. Department Chair Professor Maria Frawley has a chapter in the Nineteenth Century volume and PhD candidate Emily Lathrop has a chapter in the Renaissance volume. The volume on the Modern Age includes contributions from PhD candidate Zahari Richter, Samuel Yates (GW English PhD, 2019), and Theodora Danylevich (GW English PhD, 2018). The Renaissance volume also includes a chapter by Gallaudet Professor Jennifer Nelson, who received her BA from GW English in 1988. Alan Montroso (GW English PhD, 2019) and Haylie Swenson (GW English PhD, 2018) will also participate in the event.

A Cultural History of Disability spans more than 2,500 years. Bolt and McRuer write in the series preface: « A ‘system of representation,’ according to Stuart Hall, ‘consists, not of individual concepts, but of different ways of organizing, clustering, arranging, and classifying concepts, and of establishing complex relations between them.’ From this cultural studies perspective, a cultural history of disability is attuned to how disabled people have been caught up in systems of representation that, over the centuries (and with real, material effects), have variously contained, disciplined, marginalized, or normalized them. A cultural history of disability also, however, traces the ways in which disabled people themselves have authored or contested representations, shifting or altering the complex relations of power that determine the meanings of disability experience. »

Please join us on April 9th!

SCHEDULE OF EVENTS

11:00 AM-12:30 PM ROUNDTABLE: A Cultural History of Disability in the Middle Ages and the Renaissance. Moderator: Jonathan Hsy

Haylie Swenson, « Disability Studies and Animal Studies »

Alan Montroso, « Monstrosity, Disability, Ecology »

Emily Lathrop, « Learning Difficulties: The Idiot and the Outsider in the Renaissance »

Jennifer Nelson, « Deafnesses and Silences in Shakespeare’s England »

1:30-3 PM ROUNDTABLE: A Cultural History of Disability in the Nineteenth Century and the Modern Age. Moderator: David Mitchell

Maria Frawley, « Chronic Pain: ‘The Wounded Soldiery of Mankind' »

Theodora Danylevich, « Chronic Pain and Illness: States of Privilege and Bodies of Abuse »

Zara Richter, « Speech Disability’s Awkward Late Modernity: A Multimodal Historical Approach »

Samuel Yates, « Deafness: Screening Signs in Contemporary Cinema »

3:30-5 PM Keynote Address: Martha Stoddard Holmes and Joyce Huff, editors of A Cultural History of Disability in the Long Nineteenth Century. Moderator: Robert McRuer

Appel à communication – « Construire une histoire du handicap et de la surdité au travers des siècles » Séminaire bimensuel d’étude francophone 2021-2022

Appel à communication

« Construire une histoire du handicap et de la surdité au travers des siècles »

Séminaire bimensuel d’étude francophone 2021-2022

Première séance le 7 avril 2021

 

Coorganisateurs : Ninon Dubourg (docteure, Université de Paris, Laboratoire ICT), Gildas Brégain (CR, CNRS, Laboratoire Arènes)

  

               Alors que les synthèses sur l’histoire du handicap et de la surdité à toutes les époques historiques se multiplient actuellement dans la littérature anglo-saxonne, aucun ouvrage collectif n’a été publié dans la sphère francophone depuis le début des années 2000[1]. Les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du handicap et de la surdité de l’espace francophone sont aujourd’hui assez isolé-e-s, les réseaux étant constitués uniquement autour de thématiques particulières (cécité[2], surdité[3]) ou de période historique (comme le XXe siècle). L’histoire du handicap et celle de la surdité à l’époque contemporaine ont pris des chemins divergents. Les chercheurs sur l’histoire de la surdité ont fondé leurs approches sur une conception culturelle de la surdité, conformément aux revendications portées par les mouvements associatifs sourds. Ne se reconnaissant pas dans la disability history, ils ont construit leurs propres réseaux scientifiques internationaux et ont construit une histoire de la surdité distante – parfois même hermétique – de celle du handicap. Les histoires du handicap et de la surdité ne se croisent donc que rarement, même si elles s’entremêlent au cours de l’époque contemporaine : les sourds luttent d’ailleurs aux côtés des aveugles pour conquérir le droit à une éducation gratuite, laïque et obligatoire au cours des années 1930. Ce séminaire bimensuel a pour objectif de remédier à cette situation, en structurant un réseau francophone de recherche sur l’histoire du handicap et de la surdité toutes périodes historiques confondues.

La constitution d’un réseau francophone est d’autant plus urgente que le champ disciplinaire de l’histoire du handicap et de la surdité connaît actuellement un renouvellement considérable des méthodes et des approches scientifiques. Pendant de nombreuses années, le handicap a été considéré sous l’angle de l’histoire sociale de la marginalité, de la pauvreté et de la déviance. Dans les années 2000, les chercheurs ont clairement admis que la signification et donc l’expérience du handicap changeaient au fil du temps dans une culture donnée et entre cultures différentes[4]. Concernant la période médiévale, par exemple, la plupart des ouvrages publiés jusqu’à présent sont soit des études approfondies centrées sur des cas particuliers, soit des propos assez généraux sur la société étudiée[5]. De plus, les thématiques centrales divergent selon les époques : les chercheurs intéressé-e-s par les époques médiévale et moderne prêtent un intérêt considérable au poids de la religion, ce qui n’est pas le cas pour l’époque contemporaine. La littérature historique sur la période contemporaine a évolué d’un intérêt pour les politiques publiques, l’action des institutions éducatives[6], celle des associations[7] ou la trajectoire biographique ou l’action des grands personnages historiques (médecins, éducateurs), vers des approches transnationales[8] ou davantage biographiques[9], ou vers des approches plus intersectorielles, prenant en compte le genre ou la race. Dans le paradigme intersectionnel, le « handicap » ne constitue que l’une des multiples caractéristiques identitaires de l’individu. Seuls quelques travaux historiques ont pris en compte ce mode de pensée interdisciplinaire[10].

La littérature sur le handicap s’est rapidement développée après 2005, en s’appuyant sur une approche qui présente le handicap comme un phénomène socioculturel. Dans ces ouvrages, le handicap est mis en contraste avec la normativité au niveau conceptuel : il est conçu comme ce qui s’écarte des « normes » culturellement constituées à un moment donné[11]. En tant qu’histoire culturelle, l’histoire du handicap et de la surdité doit prendre en compte les continuités et les changements passés, en cultivant une vision à long terme entre les époques antiques et contemporaines, révélant les significations plurielles du handicap et de la surdité à travers les siècles[12]. Elle aurait avantage à considérer également les significations du handicap et de la surdité des territoires non occidentaux, afin de mieux cerner la manière dont les nombreuses vagues de migrations ont interprété le handicap et la surdité. Cette approche culturelle permet aussi de mettre en lumière la participation individuelle et collective des personnes handicapées aux rituels sociaux à différentes époques[13], une participation qui peut aussi être éclairée par l’archéologie[14].

Nous souhaiterions inviter toutes personnes intéressées, quelque que soit leur discipline d’origine, à envisager plus particulièrement trois types de communications :

  • Des communications visant à synthétiser les principales caractéristiques de l’histoire des personnes handicapées ou sourdes, ou d’une catégorie spécifique de personnes handicapées pour chaque période historique ou pour une période historique délimitée, afin de faire un bilan de la littérature existante.
  • Des communications sur les nouvelles problématiques de recherche dans ce champ, aux différentes périodes historiques. Les jeunes chercheurs (masters et doctorants) sont particulièrement invités à présenter l’avancée de leurs projets de recherche.
  • Des communications sur la question des méthodes et des sources pour écrire l’histoire du handicap.

 

Les propositions de communications sélectionnées seront présentées lors de la séance de lancement du séminaire le 7 avril 2021 ou lors des séances suivantes (juin, septembre, novembre). Nous sommes favorables à une conception très souple de la catégorie de personne handicapée, qui prend en compte également les maladies chroniques conduisant à des incapacités.

 

Les propositions de communication composées d’environ 500 mots et d’une courte présentation biographique doivent être envoyées avant le 15 janvier 2020 aux adresses gildas.bregain@ehesp.fr et ninon.dubourg@gmail.com.

Comme cet événement scientifique est couplé avec la Conférence ALTER, les propositions de communication doivent être distinctes de celles données le lendemain (8 et 9 avril 2021).

              

 

Composition du comité scientifique :

               Yann Cantin (Maître de conférence sur l’histoire des sourds, Université Paris 8).

               Valérie Delattre (archéo-anthropologue à l’INRAP).

               Caroline Husquin (Maîtresse de conférence en histoire antique, Université de Lille).

               Olivier Richard (Professeur d’histoire médiévale, Université de Strasbourg).

               Pieter Verstraete (Professeur associé en études du handicap, KU Leuven).

 

 

[1]      C. Barral, F. Paterson, H.-J. Stiker, M. Chauvière, L’institution du handicap. Le rôle des associations, PUR, 2000 ; A. Gueslin, H-J. Stiker (eds.), Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle, Les éditions de l’Atelier, 2003 ; F. Collard, E. Samama (eds.), Handicaps et sociétés dans l’histoire, L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, L’Harmattan, 2010.

[2]      Ce réseau international des historiens de la cécité a été constitué par C. Kudlick et Z. Weygand à l’issue du colloque international « Histoire de la cécité et des aveugles. Représentations, institutions, archives » organisé en juin 2013 (publié dans un numéro spécial de la revue de philosophie Corpus, n° 67,2014 : « Éléments pour une contre-histoire de la cécité et des aveugles », dirigé par M. Chottin). Un deuxième colloque international « Blind Creations » organisé par V. Warne et H. Thompson s’est tenu à Royal Holloway en juin 2015 (publié dans le Canadian Journal of Disability Studies Vol.8 N°6, 2019, co-dirigé par les H. Thompson et M.F. Arentssen : « Cécités et Créations »). Puis, en juin 2016, un troisième colloque « Jacques Lusseyran entre cécité et lumière. Regards croisés », s’est tenu à la Fondation Singer-Polignac (publié dans un ouvrage collectif intitulé Jacques Lusseyran, entre cécité et lumière, co-dirigé par M. Chottin, C. Roussel et Z. Weygand). Un projet de quatrième colloque est en cours, à l’initiative de V. Warne, H. Thompson et M. Chottin.

[3]      Les réseaux de la Deaf History international se sont constitués depuis 1991, plus de dix conférences internationales ont déjà été organisées dans différents pays européens et nord-américains.

[4]      C. Kudlick, « Disability History : Why We Need Another “Other” », The American Historical Review, 108-3, 2003, pp. 763‑793. Voir également : W. J. Turner, T. V. Pearman (eds.), The Treatment of Disabled Persons in Medieval Europe : Examining Disability in the Historical, Legal, Literary, Medical, and Religious Discourses of the Middle Ages, EMP, 2010.

[5]      I. Metzler, A Social History of Disability in the Middle Ages : Cultural Considerations of Physical Impairment, Routledge, 2013.  J. Hsy, T. V. Pearman, J. R. Eyler (eds.), A Cultural History of Disability in the Middle Ages, Bloomsbury, 2020

[6]      F. Buton, L’administration des faveurs. L’Etat, les sourds et les aveugles (1789-1885), PUR, 2009 ; P. Bourgalais, Les miroirs du silence. L’éducation des jeunes sourds dans l’Ouest 1800-1934, PUR, 2008.

[7]      Par exemple, Y. Cantin, La communauté sourde de la Belle Époque, Archives et Culture, 2019.

[8]      G. Brégain, Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques), PUR, 2018.

[9]      A. Cantin, Y. Cantin, Dictionnaire biographique des grands sourds de France, Archives et Culture, 2017.

[10]   M. Kaba, « Quelle place pour une perspective de genre dans la disability history ? Histoire du corps des femmes et des hommes à travers le handicap », Traverse, Revue d’histoire, n°3, 2006, p. 47-60. S. Barsch, A. Klein, P. Verstraete (eds.), The Imperfect Historian : Disability Histories in Europe, Peter Lang, 2013 ; C. Krötzl, K. Mustakallio, J. Kuuliala (eds.), Infirmity in Antiquity and the Middle Ages : Social and Cultural Approaches to Health, Weakness and Care, Ashgate, 2015.

[11]   E. Bösl (ed.), Disability History : Konstruktionen von Behinderung in der Geschichte, Transcript, 2010, p. 29‑43 ; C. Nolte (ed.), Homo debilis : Behinderte, Kranke, Versehrte in der Gesellschaft des Mittelalters, Didymos, 2009 ; J. Eyler (ed.), Disability in the Middle Ages : Reconsiderations and Reverberations, Ashgate, 2010.

[12]   R. M. Toivo, S. Katajala-Peltomaa, Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe c. 1300–1700, Brill, 2016.

[13]   Voir la série A Cultural History of Disability in … (Antiquité : C. Laes (ed.) ; époque médiévale : J. Hsy, T. Pearman, J. Eyler (eds.) ; Renaissance : S. Anderson, L. Haydon (eds.) ; dix-huitième siècle : D. C. Gabbard, S. B. Mintz (eds.) ; long dix-neuvième siècle : J. Huff, M.S. Holmes (eds.) ; âge moderne : D. T. Mitchell, S. L. Snyder (eds.)).

[14]   V. Delattre (ed.), Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé, Paris, Les Défis De La Civilisation, CQFD, 2009

 

Podcast – Passion Médiévistes – épisode 40 – Megan et la surdité au Moyen Age (in French + transcription).

ÉPISODE 40 – MEGAN ET LA SURDITÉ AU MOYEN ÂGE

 

Référente en langue des signes d’enfants sourds et née de parents sourds, Megan Kateb était, au moment de l’enregistrement de l’épisode du podcast, en master 2 d’histoire médiévale à Paris X. En 2019 elle avait réalisé un mémoire de première année de master sur la surdité en Occident, encadré par Franck Collard et Yann Cantin.

Il était divisé en trois parties : la première exclusivement médicale, la vision des médecins sur ce qui était autrefois considéré comme une maladie, la deuxième portée sur les miracles de sourds qui entendent à nouveau ou pour la première fois et enfin une troisième partie sur l’impact des moines bénédictins qui en faisant vœu de silence ont mis au point un langage gestuel, se rapprochant d’une idée de future langue des signes.

Son mémoire de deuxième année porte toujours sur la surdité mais cette fois dans l’espace euro-méditerranéen médiéval. Elle y aborde les vies religieuses et quotidiennes des sourds tant dans l’empire musulman, chrétien que dans le judaïsme : comment vivaient- ils vraiment ? Quels paradoxe y a t’il entre les textes religieux et la réalité ?

 

Plus d’information (et transcription) sur le site de Passion médiévistes

More information (and transcription) on the Passion médiévistes website.

New book – Disability in Medieval Christian Philosophy and Theology – Edited by Scott M. Williams – publ. by Routledge

Disability in Medieval Christian Philosophy and Theology – Edited by Scott M. Williams

Description

This book uses the tools of analytic philosophy and close readings of medieval Christian philosophical and theological texts in order to survey what these thinkers said about what today we call ‘disability.’ The chapters also compare what these medieval authors say with modern and contemporary philosophers and theologians of disability. This dual approach enriches our understanding of the history of disability in medieval Christian philosophy and theology and opens up new avenues of research for contemporary scholars working on disability.

The volume is divided into three parts. Part One addresses theoretical frameworks regarding disability, particularly on questions about the definition(s) of ‘disability’ and how disability relates to well-being. The chapters are then divided into two further parts in order to reflect ways that medieval philosophers and theologians theorized about disability. Part Two is on disability in this life, and Part Three is on disability in the afterlife. Taken as a whole, these chapters support two general observations. First, these philosophical theologians sometimes resist Greco-Roman ableist views by means of theological and philosophical anti-ableist arguments and counterexamples. Here we find some surprising disability-positive perspectives that are built into different accounts of a happy human life. We also find equal dignity of all human beings no matter ability or disability. Second, some of the seeds for modern and contemporary ableist views were developed in medieval Christian philosophy and theology, especially with regard to personhood and rationality, an intellectualist interpretation of the imago Dei, and the identification of human dignity with the use of reason.

This volume surveys disability across a wide range of medieval Christian writers from the time of Augustine up to Francisco Suarez. It will be of interest to scholars and graduate students working in medieval philosophy and theology, or disability studies.

Table of Contents

Introduction

Scott M. Williams

Part I. Theoretical Frameworks

1. Plurality in Medieval Concepts of Disability

Kevin Timpe

Part II. Disability in this Life

2. Medieval Aristotelians on Congenital Disabilities and their Early Modern Critics

Gloria Frost

3. Personhood, Ethics, and Disability: A Comparison of Byzantine, Boethian, and Modern Concepts of Personhood

Scott M. Williams

4. The Imago Dei / Trinitatis and Disabled Persons: The Limitations of Intellectualism in Late Medieval Theology

John T. Slotemaker

5. Remembering ‘Mindless’ Persons: Intellectual Disability, Spanish Colonialism, and the Disappearance of a Medieval Account of Persons who Lack the Use of Reason

Miguel J. Romero

6. Deafness and Pastoral Care in the Middle Ages

Jenni Kuuliala and ReimaVälimäki

7. Taking the ‘Dis’ out of Disability: Martyrs, Mothers, and Mystics in the Middle Ages

Christina Van Dyke

Part III. Disability in the Afterlife

8. Separated Souls: Disability in the Intermediate State

Mark K. Spencer

9. Disability and Resurrection

Richard Cross

10. Relative Disability and Transhuman Happiness: St. Thomas Aquinas on the Beatific Vision

Thomas M. Ward

 

More info on the editor website