Conference – In Sickness and in Health – Online / Haifa University, Jan 12–13, 2021

Imago – The Israeli Association of Visual Culture in the Middle Ages and the Early Modern Period, and the Department of Art History, University of Haifa are thrilled to publish the program of the 14th Annual Imago conference:

“In Sickness and in Health: Pestilence, Disease, and Healing in Medieval and Early Modern Art”.

The two-day international conference will be held online, January 12-13, 2021.

We invite you to join us for a rich event that will explore a diverse variety of fascinating subjects, such as “Healing, Humor and Pleasure”, “The Sick and Disabled Body”, and “Gendering Disease”.

Participation is free and there are no registration fees. To attend, please fill out the online registration form (below).

PROGRAM

DAY 1 – Tuesday, 12 January 2021

09:00–09:30 GREETINGS and Opening Remarks

Efraim Lev, Dean – Faculty of Humanities, University of Haifa
Emma Maayan-Fanar, Chairperson – Department of Art History, University of Haifa
Gil Fishhof, Chairperson – Imago, The Israeli Association for Visual Culture in the Middle Ages


09:30–11:00 SESSION 1. Plague and the Artistic Process: Continuity, Change and Opportunity
Chair: Gil Fishhof, University of Haifa

Daniel Unger, Ben-Gurion University of the Negev
Carlo Borromeo’s Plague in Bolognese Painting

Cyprien Fuchs, Neuchâtel University
Picturing the Black Death as an Opportunity. The Case of Taddeo Gaddi’s San Giovanni Fuorcivitas Polyptych

Rita Yates, Warburg Institute, University of London
The Sacred Heart of Jesus: Image, Rhetoric, and Practice during the Great Plague of Marseille (1720-22)


– 11:00–11:30 Coffee Break –


11:30–13:00 SESSION 2. Images and the Codification of Medical Knowledge
Chair: Daniel Unger, Ben-Gurion University of the Negev

Sivan Gottlieb, The Hebrew University of Jerusalem
The Art of Healing: The Case of a Hebrew Herbal

Elena Berger, Institute of World History, Russian Academy of Science
From Prophecy to Medical Treatises: “Monsters” in Medical Illustrations of Early Modern France

Kathleen Walker-Meikle, King’s College, London
The Zodiac Horse: Animals in Astrological-Medical Diagrams in the Late Medieval and Early Modern Periods


– 13:00–14:30 Lunch Break –


14:30–16:00 SESSION 3. Healing, Humor and Pleasure
Chair: Gili Shalom, Tel-Aviv University

Dafna Nissim, Ben-Gurion University of the Negev
Pleasures vs. Plague Fear – Court Scenes in Two Manuscripts of The Decameron Made for Philip the Good

Anne Williams, University of Richmond
Healing Laughter: Death and Humor in Medieval Art

Fabienne Gallaire, Independent Scholar
Looking through the Glass: The Uroscopist Figure as Visual Satire


– 16:00–16:30 Coffee Break –


16:30–18:00 Session 4. The Sick and Disabled Body
Chair: Emma Maayan-Fanar, University of Haifa

Gili Shalom, Tel-Aviv University
Healing of the Disabled in St. Honorius Portal at Amiens Cathedral and Its Reception

Jennifer M. Feltman, The University of Alabama
The Afflicted Body and the Aesthetic of Wholeness in Gothic Sculpture

Sharon Strocchia and Ryan Kelly, Emory University
Picturing the Pox in Italian Popular Prints, 1550-1650

DAY 2 – Wednesday, 13 January 2021

09:30–11:30 SESSION 1. Gendering Disease and Healing
Chair: Jochai Rosen, University of Haifa

Nirit Ben Aryeh Debby, Ben-Gurion University of the Negev
Female Saints and the Plague in Italy: St. Clare of Assisi and St. Catherine of Siena

Sara Benninga, Tel-Aviv University
Lovesickness and Stone Operations: Gendered Disease and its Artistic Representation

Anastasija Ropa, Latvian Academy of Sport Education
Depicting Disease and Healing in the Early Modern Rus: The Story of St. Pyotr and St. Fevronia

Sharon Khalifa-Gueta, University of Haifa
The Image of St. Margaret Emerging from the Dragon as an Emotional Director for Coping with Childbirth


– 11:30–12:00 Coffee Break –


12:00–13:30 SESSION 2. The Power of Images: Healing and Apotropaic Functions
Chair: Sharon Khalifa-Gueta, University of Haifa

Giuditta Gentile, Independent Scholar
Sacred Images to Ward off the Plague: The Case of an Early Sixteenth-Century Italian Print

Shir Blum, Tel-Aviv University
Assisting in Childbirth: The Material Variety of Amulets as Obstetrical Aides

Rebekkah C. Hart, University of California, Riverside
‘Against All Unknown Afflictions’: Medicine and Healing in English Alabaster ‘St. John’s Heads’ (c. 1417-1550)


– 13:30-15:00 Lunch Break –


15:00–17:00 SESSION 3. Sites of Healing: Space, Identity and Trauma
Chair: Assaf Pinkus, Tel-Aviv University

Brittany Forniotis, Duke University
Out of Sight, Out of Mind: Italian Lazzaretti and Collective Trauma in Fourteenth and Fifteenth-Century Italian Cities

Joana Balsa de Pinho, University of Lisbon,
Renaissance Hospitals in Portugal: Art and Architecture Regarding Sickness and Health

Anđela Gavrilović, University of Belgrade
The Scenes of Christ’s Miraculous Healings in the Church of Hagia Sophia in Trebizond: The Meaning and the Reasons of Their Depiction

Emily Jay, Texas Tech University
Hollow, Hallowed Body: Santa Rosalia and the Reconstruction of Identities in Palermo during the 1624 Plague

The conference will be held online via Zoom. For registration and a link to the meetings please register at the link below, or contact gfishhof@staff.haifa.ac.il
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf5-EIeBObP-Euybk2GRk-Mghs_NWKt4vjorPzZ2p6JObzdiQ/viewform?fbclid=IwAR2x6E8hDNGhXhYUgYfKTVVm7CvBruQ0_oQIOz892EMhPfVKXiGVlJurXJ4

The conference is held according to Israel local time (GMT+2).

Organizing committee: Gil Fishhof, Mazi Kuzi, Jochai Rosen, Margo Stroumsa-Uzan

More infos on the organisator website

New book – Il était une fois la différence – Les archéologues racontent le handicap, Valérie DELATTRE (autrice), Vincent BERGIER (Illustrateur), dès 9 ans


Il était une fois la différence – Les archéologues racontent le handicap, Valérie DELATTRE (autrice), Vincent BERGIER (Illustrateur), dès 9 ans

Les découvertes archéologiques permettent aujourd’hui d’avoir une idée plus précise de ce qu’a été la vie des personnes handicapées à différentes époques. C’est une nouvelle histoire, celle de la différence, qui se dessine.

Force est de constater que les efforts pour l’intégration des personnes handicapées dans nos sociétés modernes ne sont toujours pas à la hauteur des progrès de l’humanité. Mais il est intéressant d’interroger l’histoire des hommes pour savoir si cette différence que crée le handicap a toujours existé. Que se passait-il dans les sociétés anciennes ? À travers les découvertes des archéologues et des anthropologues, on est étonné d’apprendre que, dès l’époque du Néolithique, on pratiquait des trépanations et des amputations qui permettaient à certains de poursuivre leur vie. On fabriquait également des prothèses qui leur facilitaient certains mouvements ou leur permettaient de se déplacer. Dans la Grèce antique, les blessés de guerre athéniens percevaient une pension. En revanche, chez les Romains, les personnes handicapées étaient l’objet de railleries, même si on savait les appareiller le cas échéant.
L’histoire du handicap qui est racontée dans ce livre nous en apprend beaucoup sur l’évolution des relations humaines et des groupes sociaux. C’est aussi l’histoire de la tolérance.

 

Informations sur le site de l’éditeur

Interview de Valérie Delattre sur le site de l’Inrap.

New book – Medieval Communities and the Mad: Narratives of Crime and Mental Illness in Late Medieval France, by Aleksandra Nicole Pfau, published by Amsterdam University Press, 2020

Aleksandra Nicole Pfau, Medieval Communities and the Mad: Narratives of Crime and Mental Illness in Late Medieval France, Amsterdam University Press, December 2020.
 
Ebook in Open Access available here: https://library.oapen.org/handle/20.500.12657/43136
The concept of madness as a challenge to communities lies at the core of legal sources. This book considers how communal networks, ranging from the locale to the realm, responded to people who were considered mad. The madness of individuals played a role in engaging communities with legal mechanisms and proto-national identity constructs, as petitioners sought the king’s mercy as an alternative to local justice. The resulting narratives about the mentally ill in late medieval France constructed madness as an inability to live according to communal rules. Although such texts defined madness through acts that threatened social bonds, those ties were reaffirmed through the medium of the remission letter. The composers of the letters presented madness as a communal concern, situating the mad within the household, where care could be provided. These mad were usually not expelled but integrated, often through pilgrimage, surveillance, or chains, into their kin and communal relationships.
 
 
More infos on the editor website

Appel à communication – « Construire une histoire du handicap et de la surdité au travers des siècles » Séminaire bimensuel d’étude francophone 2021-2022

Appel à communication

« Construire une histoire du handicap et de la surdité au travers des siècles »

Séminaire bimensuel d’étude francophone 2021-2022

Première séance le 7 avril 2021

 

Coorganisateurs : Ninon Dubourg (docteure, Université de Paris, Laboratoire ICT), Gildas Brégain (CR, CNRS, Laboratoire Arènes)

  

               Alors que les synthèses sur l’histoire du handicap et de la surdité à toutes les époques historiques se multiplient actuellement dans la littérature anglo-saxonne, aucun ouvrage collectif n’a été publié dans la sphère francophone depuis le début des années 2000[1]. Les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du handicap et de la surdité de l’espace francophone sont aujourd’hui assez isolé-e-s, les réseaux étant constitués uniquement autour de thématiques particulières (cécité[2], surdité[3]) ou de période historique (comme le XXe siècle). L’histoire du handicap et celle de la surdité à l’époque contemporaine ont pris des chemins divergents. Les chercheurs sur l’histoire de la surdité ont fondé leurs approches sur une conception culturelle de la surdité, conformément aux revendications portées par les mouvements associatifs sourds. Ne se reconnaissant pas dans la disability history, ils ont construit leurs propres réseaux scientifiques internationaux et ont construit une histoire de la surdité distante – parfois même hermétique – de celle du handicap. Les histoires du handicap et de la surdité ne se croisent donc que rarement, même si elles s’entremêlent au cours de l’époque contemporaine : les sourds luttent d’ailleurs aux côtés des aveugles pour conquérir le droit à une éducation gratuite, laïque et obligatoire au cours des années 1930. Ce séminaire bimensuel a pour objectif de remédier à cette situation, en structurant un réseau francophone de recherche sur l’histoire du handicap et de la surdité toutes périodes historiques confondues.

La constitution d’un réseau francophone est d’autant plus urgente que le champ disciplinaire de l’histoire du handicap et de la surdité connaît actuellement un renouvellement considérable des méthodes et des approches scientifiques. Pendant de nombreuses années, le handicap a été considéré sous l’angle de l’histoire sociale de la marginalité, de la pauvreté et de la déviance. Dans les années 2000, les chercheurs ont clairement admis que la signification et donc l’expérience du handicap changeaient au fil du temps dans une culture donnée et entre cultures différentes[4]. Concernant la période médiévale, par exemple, la plupart des ouvrages publiés jusqu’à présent sont soit des études approfondies centrées sur des cas particuliers, soit des propos assez généraux sur la société étudiée[5]. De plus, les thématiques centrales divergent selon les époques : les chercheurs intéressé-e-s par les époques médiévale et moderne prêtent un intérêt considérable au poids de la religion, ce qui n’est pas le cas pour l’époque contemporaine. La littérature historique sur la période contemporaine a évolué d’un intérêt pour les politiques publiques, l’action des institutions éducatives[6], celle des associations[7] ou la trajectoire biographique ou l’action des grands personnages historiques (médecins, éducateurs), vers des approches transnationales[8] ou davantage biographiques[9], ou vers des approches plus intersectorielles, prenant en compte le genre ou la race. Dans le paradigme intersectionnel, le « handicap » ne constitue que l’une des multiples caractéristiques identitaires de l’individu. Seuls quelques travaux historiques ont pris en compte ce mode de pensée interdisciplinaire[10].

La littérature sur le handicap s’est rapidement développée après 2005, en s’appuyant sur une approche qui présente le handicap comme un phénomène socioculturel. Dans ces ouvrages, le handicap est mis en contraste avec la normativité au niveau conceptuel : il est conçu comme ce qui s’écarte des « normes » culturellement constituées à un moment donné[11]. En tant qu’histoire culturelle, l’histoire du handicap et de la surdité doit prendre en compte les continuités et les changements passés, en cultivant une vision à long terme entre les époques antiques et contemporaines, révélant les significations plurielles du handicap et de la surdité à travers les siècles[12]. Elle aurait avantage à considérer également les significations du handicap et de la surdité des territoires non occidentaux, afin de mieux cerner la manière dont les nombreuses vagues de migrations ont interprété le handicap et la surdité. Cette approche culturelle permet aussi de mettre en lumière la participation individuelle et collective des personnes handicapées aux rituels sociaux à différentes époques[13], une participation qui peut aussi être éclairée par l’archéologie[14].

Nous souhaiterions inviter toutes personnes intéressées, quelque que soit leur discipline d’origine, à envisager plus particulièrement trois types de communications :

  • Des communications visant à synthétiser les principales caractéristiques de l’histoire des personnes handicapées ou sourdes, ou d’une catégorie spécifique de personnes handicapées pour chaque période historique ou pour une période historique délimitée, afin de faire un bilan de la littérature existante.
  • Des communications sur les nouvelles problématiques de recherche dans ce champ, aux différentes périodes historiques. Les jeunes chercheurs (masters et doctorants) sont particulièrement invités à présenter l’avancée de leurs projets de recherche.
  • Des communications sur la question des méthodes et des sources pour écrire l’histoire du handicap.

 

Les propositions de communications sélectionnées seront présentées lors de la séance de lancement du séminaire le 7 avril 2021 ou lors des séances suivantes (juin, septembre, novembre). Nous sommes favorables à une conception très souple de la catégorie de personne handicapée, qui prend en compte également les maladies chroniques conduisant à des incapacités.

 

Les propositions de communication composées d’environ 500 mots et d’une courte présentation biographique doivent être envoyées avant le 15 janvier 2020 aux adresses gildas.bregain@ehesp.fr et ninon.dubourg@gmail.com.

Comme cet événement scientifique est couplé avec la Conférence ALTER, les propositions de communication doivent être distinctes de celles données le lendemain (8 et 9 avril 2021).

              

 

Composition du comité scientifique :

               Yann Cantin (Maître de conférence sur l’histoire des sourds, Université Paris 8).

               Valérie Delattre (archéo-anthropologue à l’INRAP).

               Caroline Husquin (Maîtresse de conférence en histoire antique, Université de Lille).

               Olivier Richard (Professeur d’histoire médiévale, Université de Strasbourg).

               Pieter Verstraete (Professeur associé en études du handicap, KU Leuven).

 

 

[1]      C. Barral, F. Paterson, H.-J. Stiker, M. Chauvière, L’institution du handicap. Le rôle des associations, PUR, 2000 ; A. Gueslin, H-J. Stiker (eds.), Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle, Les éditions de l’Atelier, 2003 ; F. Collard, E. Samama (eds.), Handicaps et sociétés dans l’histoire, L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, L’Harmattan, 2010.

[2]      Ce réseau international des historiens de la cécité a été constitué par C. Kudlick et Z. Weygand à l’issue du colloque international « Histoire de la cécité et des aveugles. Représentations, institutions, archives » organisé en juin 2013 (publié dans un numéro spécial de la revue de philosophie Corpus, n° 67,2014 : « Éléments pour une contre-histoire de la cécité et des aveugles », dirigé par M. Chottin). Un deuxième colloque international « Blind Creations » organisé par V. Warne et H. Thompson s’est tenu à Royal Holloway en juin 2015 (publié dans le Canadian Journal of Disability Studies Vol.8 N°6, 2019, co-dirigé par les H. Thompson et M.F. Arentssen : « Cécités et Créations »). Puis, en juin 2016, un troisième colloque « Jacques Lusseyran entre cécité et lumière. Regards croisés », s’est tenu à la Fondation Singer-Polignac (publié dans un ouvrage collectif intitulé Jacques Lusseyran, entre cécité et lumière, co-dirigé par M. Chottin, C. Roussel et Z. Weygand). Un projet de quatrième colloque est en cours, à l’initiative de V. Warne, H. Thompson et M. Chottin.

[3]      Les réseaux de la Deaf History international se sont constitués depuis 1991, plus de dix conférences internationales ont déjà été organisées dans différents pays européens et nord-américains.

[4]      C. Kudlick, « Disability History : Why We Need Another “Other” », The American Historical Review, 108-3, 2003, pp. 763‑793. Voir également : W. J. Turner, T. V. Pearman (eds.), The Treatment of Disabled Persons in Medieval Europe : Examining Disability in the Historical, Legal, Literary, Medical, and Religious Discourses of the Middle Ages, EMP, 2010.

[5]      I. Metzler, A Social History of Disability in the Middle Ages : Cultural Considerations of Physical Impairment, Routledge, 2013.  J. Hsy, T. V. Pearman, J. R. Eyler (eds.), A Cultural History of Disability in the Middle Ages, Bloomsbury, 2020

[6]      F. Buton, L’administration des faveurs. L’Etat, les sourds et les aveugles (1789-1885), PUR, 2009 ; P. Bourgalais, Les miroirs du silence. L’éducation des jeunes sourds dans l’Ouest 1800-1934, PUR, 2008.

[7]      Par exemple, Y. Cantin, La communauté sourde de la Belle Époque, Archives et Culture, 2019.

[8]      G. Brégain, Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques), PUR, 2018.

[9]      A. Cantin, Y. Cantin, Dictionnaire biographique des grands sourds de France, Archives et Culture, 2017.

[10]   M. Kaba, « Quelle place pour une perspective de genre dans la disability history ? Histoire du corps des femmes et des hommes à travers le handicap », Traverse, Revue d’histoire, n°3, 2006, p. 47-60. S. Barsch, A. Klein, P. Verstraete (eds.), The Imperfect Historian : Disability Histories in Europe, Peter Lang, 2013 ; C. Krötzl, K. Mustakallio, J. Kuuliala (eds.), Infirmity in Antiquity and the Middle Ages : Social and Cultural Approaches to Health, Weakness and Care, Ashgate, 2015.

[11]   E. Bösl (ed.), Disability History : Konstruktionen von Behinderung in der Geschichte, Transcript, 2010, p. 29‑43 ; C. Nolte (ed.), Homo debilis : Behinderte, Kranke, Versehrte in der Gesellschaft des Mittelalters, Didymos, 2009 ; J. Eyler (ed.), Disability in the Middle Ages : Reconsiderations and Reverberations, Ashgate, 2010.

[12]   R. M. Toivo, S. Katajala-Peltomaa, Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe c. 1300–1700, Brill, 2016.

[13]   Voir la série A Cultural History of Disability in … (Antiquité : C. Laes (ed.) ; époque médiévale : J. Hsy, T. Pearman, J. Eyler (eds.) ; Renaissance : S. Anderson, L. Haydon (eds.) ; dix-huitième siècle : D. C. Gabbard, S. B. Mintz (eds.) ; long dix-neuvième siècle : J. Huff, M.S. Holmes (eds.) ; âge moderne : D. T. Mitchell, S. L. Snyder (eds.)).

[14]   V. Delattre (ed.), Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé, Paris, Les Défis De La Civilisation, CQFD, 2009