Programme 2023-2024 (en cours)

Inscription libre et gratuite, mais obligatoire ici : https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/163

Séminaire en Français et LSF (sous titrage automatique Zoom)

Hybride (en ligne ou en présence au 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, Salle AS1_08

 

Replays disponnibles pour les personnes inscrites ici :  https://dishist.hypotheses.org/seminaire-chhs-replays

Séance 1 – Séance introductive – 17 octobre 2023

Introduction – Andrea Benvenuto (EHESS), Fabrice Bertin (EHESS), Ninon Dubourg (FRS-FNRS, Université de Liège) & Gildas Brégain (CNRS, Université Rennes II).

Séance d’ouverture dans le cadre du cycle de conversations organisé par Le Comptoir – Fondation Maison des sciences de l’Homme et la revue ALTER éditée par les Éditions de l’EHESS : Dimensions historiques du handicap avec la participation de :

  • Ninon Dubourg (chargée de recherche du FRS-FNRS, Université de Liège), « Empreintes matérielles de la cécité et de la mutité à l’époque médiévale », Les nouvelles de l’archéologie, n°165, Archéologies du handicap, 2021.
  • Valentin Miclon (chercheur postdoctorant projet REQUIEM, Université de Caen Normandie), « Un handicap institutionnalisé : la lèpre au Moyen Âge », Les nouvelles de l’archéologie, n°165, Archéologies du handicap, 2021.

Le revue est en vente au Comptoir et consultable sur Openedition Journals ici

  • Discutant : Gildas Brégain, historien, chargé de recherche au CNRS, Laboratoire Arènes et co-rédacteur en chef de la revue ALTER.

Séance 2 – Soins des corps, soin des âmes – 21 novembre 2023

Parcours de vie de personnes porteuses d’un handicap à l’heure de la désinstitutionnalisation psychiatrique en Belgique – Samuel Dalzilio (Université libre de Bruxelles).

Résumé : Au regard du nombre actuel de lits psychiatriques toujours élevé dans le royaume, il est aisé de penser que la désinstitutionnalisation psychiatrique en Belgique n’a pas eu lieu. Cependant, un analyse plus fine permet de révéler un réalité d’avantage nuancée. En effet, la transformation de l’asile en hôpital psychiatrique dans la seconde moitié du XXème siècle entraine la sortie de certaines catégories de patients traditionnellement placées dans les institutions psychiatriques à défaut d’autres perspectives de prise en charge. C’est le cas notamment des personnes porteuses d’un handicap mental qui, bénéficiant d’une série d’innovations législatives et institutionnelles à partir des années 1960, vont être orientées vers des nouveaux espaces d’accueil, de soins et d’assistance spécifiques à leurs besoins. A travers l’étude de parcours de vie sur des temps longs de personnes porteuses d’un handicap, toutes internées dans une institution psychiatrique bruxelloise en 1963, cette contribution interrogera les modalités concrètes de cette désinstitutionnalisation partielle. 

L’archéologie du handicap et des inégalités sociales au couvent des Jacobins de Rennes (XIIIe-XVIIIe siècle) – Rozenn Colleter (l’Inrap Grand-Ouest, MSCA Simon Fraser University).

Résumé : L’état de santé d’une population et le handicap ne relèvent pas uniquement des questions de pathologie et de biologie, mais aussi des interactions des hommes avec leur environnement et de leur situation économique et sociale. L’archéologie a du mal à identifier et à caractériser les situations de handicaps qu’ont pu connaître les sociétés du passé. Néanmoins, en se fondant sur l’impact fonctionnel d’une série de douze lésions handicapantes aisément reconnaissables en archéologie, l’étude d’individus inhumés au couvent des Jacobins de Rennes montre des prévalences comparables à celles enregistrées de nos jours, de même que des inégalités entre les hommes et les femmes ou les groupes socio-économiques, selon les périodes envisagées. Même s’il s’agit davantage d’une position de curseur que de réelles différences significatives, cette approche est encourageante pour l’histoire des handicaps et des inégalités.

Séance 3 – Lèpre et handicap au Moyen Âge – 19 décembre 2023

Malades ou criminels ? Les lépreux devant le tribunal de la Purge de Montferrand à la fin du Moyen-Age – Johan Picot (Université Bordeaux-Montaigne).

Résumé : Dès le début du XIIe siècle au plus tard, l’Auvergne assiste au retour de la lèpre. Au sein du diocèse de Clermont, une ville se démarque plus que les autres par sa politique d’assistance et par les dispositifs sanitaires qu’elle met en place : Montferrand. La ville paraît la plus organisée avec la léproserie d’Herbet qui fait figure de « centre de dépistage » pour les malades. Prise en charge par le consulat, la pratique qui consiste à examiner les personnes soupçonnées de lèpre s’institutionnalise peu à peu et prend la forme d’un tribunal royal original et unique en France : « la Purge ». Contrôlée par les officiers royaux dès le début du XIVe siècle au plus tard, le rôle du tribunal consiste, sous couvert de l’utilitas publica, à chercher, convoquer, examiner, juger puis écarter de la population les lépreux demeurant en Auvergne. 

Infirmités corporelles permanentes et temporaires dans les cas d’empêchements canoniques au sacerdoce (1140-1234) : vers une distinction entre « handicap » et « maladie » ? –  Adam Mirbeau (ANR Fil_Iam, Université d’Angers).

Résumé : La communication s’appuie sur des textes du droit canonique médiéval (1140-1234) qui régissent le statut des prêtres selon leur corps. Elle étudie les empêchements canoniques au sacerdoce en mettant en regard ceux liés à une infirmité corporelle permanente d’une part, et temporaire d’autre part. L’inscription de l’infirmité dans le temps est l’un des éléments examinés par les canonistes pour déterminer le degré de capacité juridique d’un prêtre infirme. Comment est mobilisé l’argumentaire de la temporalité dans ces cas d’empêchements ? Selon quel vocabulaire ? Quelles sont les conséquences juridiques particulières selon que l’infimité soit une mutilation congénitale, ou acquise, ou une faiblesse corporelle temporaire, ou intermittente ? Quels cas juridiques permettent aux canonistes de penser l’état-limite entre infirmités permanentes et infirmités temporaires ? In fine, cette communication vise un double objectif : dégager des éléments de compréhension de la typologie des désordres corporels telle qu’elle s’élabore dans le droit canonique ; et questionner, à l’aune de la pensée juridique médiévale, les ressorts d’une distinction aujourd’hui admise entre « handicap » et « maladie ».

Séance 4 – Histoire de l’intime – 16 janvier 2024

Folles de maternité. L’aptitude des femmes à faire les mères sous le regard des médecins (XVIIIe-XXe siècles) – Francesca Arena (Université de Genève).

Résumé : Alors qu’une nouvelle molécule vient d’être approuvé par les FDA (le zuranolone) pour le traitement des dépressions post natales, l’origine du diagnostic de ces troubles est ancienne. La fatigue, la tristesse, les bizarreries de la femme qui accouche, connues depuis l’Antiquité, sont repensées au XIXe siècle par une médecine qui cherche à définir les aptitudes et les comportements normaux de la maternité. Au lieu de naturaliser les difficultés du devenir mère et penser une nouvelle épistémologie des fonctions parentales on dispose encore aujourd’hui d’un modèle théorique très ancien pour penser les troubles de la maternité qui clive les comportements des femmes. Je reviendrai ainsi dans les principales étapes de la construction d’un paradigme de maternité psychique questionnant le rôle joué par les différentes spécialités médicales et ses imbrications avec les assignations sociales de genre. 

Les “amoureuses de prêtres” de la Belle Époque. Du fait divers à la catégorie psychiatrique – Caroline Muller (Université Rennes 2).

Résumé: Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les médecins aliénistes s’attachent à décrire toujours plus précisément les maux féminins à l’aide de catégories de plus en plus nombreuses. Si l’on connaît le cas de l’hystérie (Edelman, 2003), on s’est moins intéressé à l’érotomanie, dont la définition provoque des débats animés à partir des années 1890.  Articulant fait divers, histoire de la médecine et histoire du genre, mon propos retracera la construction socioculturelle de l’érotomanie à partir de la littérature médicale. Or, au centre de l’élaboration de cette affection psychiatrique, on trouve “l’amoureuse de prêtre”, femme qui se croit aimée de son confesseur ou de son curé, parfois jusqu’à l’agression physique et au harcèlement. Comment expliquer que cette figure d’amoureuse de prêtre, née du fait divers, entre dans les collections de cas cliniques jusqu’à incarner le modèle de l’érotomane dans les années 1920 ?

Séance 5 – Sourds dans l’histoire – 19 mars 2024

Perte auditive : comment les personnes entendantes souffrent du phonocentrisme – Dirksen Bauman (Université Gallaudet).

Résumé : Ce séminaire propose une nouvelle façon de considérer la “perte d’audition” – non pas comme le manque d’audition qui définit la surdité, mais comme le manque que les personnes entendantes ressentent lorsqu’elles ne parviennent pas à intégrer la conscience du gain sourd.  La plupart d’entre nous n’ont pas conscience d’être des personnes entendantes ; pourtant, dès que nous prenons conscience d’être “entendants” dans le contexte de la communauté sourde, nous prenons conscience de la contingence de ce point de vue épistémologique particulier. Ce séminaire présentera les symptômes des privations créées par une orientation phonocentrique non examinée – y compris les façons limitées dont nous avons défini ce qui est et n’est pas une langue, les façons dont nous avons conçu notre environnement bâti, le manque de contact visuel soutenu, et la vulnérabilité au stress accru causé par la pollution sonore. Mettre en avant ces incarnations de la “perte auditive” permet de décentrer l’audition comme une position de privilège par défaut.

Suivi d’une discussion avec Andrea Benvenuto (EHESS)

Séance 6 – Appréhension de la surdité et de la folie – 30 avril 2024

La folie du suicide. La mort volontaire comme objet médical en France au 19e siècle – Eva Yampolsky (Université de Genève).

Résumé : Le suicide demeure depuis toujours, et encore aujourd’hui, un problème de société. Au cours de l’histoire, tout un spectre de savoirs et de pratiques – juristes, ecclésiastiques, philosophes, puis médecins et sociologues, entre autres – questionnent ce phénomène et se confrontent à son défi. Dans ce séminaire, il s’agira d’explorer la manière dont le suicide est devenu un objet psychiatrique au 19e siècle en France. Nous examinerons les définitions et les théories médicales, les pratiques thérapeutiques, et les enjeux sanitaires de la prévention, à l’aube de la suicidologie contemporaine.

La prise en charge des infirmes par l’État : les sourds-muets, les aveugles et les fous en Révolution – Pauline Teyssier ().

Résumé : Avant la découverte des procédés salutaires que nous connaissons, la dure nécessitée forçait leurs frères à les plaindre sans entreprendre de les guérir, mais aujourd’hui ne serions-nous pas coupables de lèze-humanité si, par notre insouciance, nous laissons échapper les moyens connus de les consoler dans leur infortune ! Épargnons-nous ce remords et ne laissons pas ce regret à la postérité […] ». En introduisant cette nouvelle notion de crime de « lèze-humanité », Louis-François Alhoy (1760-1826), instituteur puis directeur entre 1797 et 1799 de l’Institut des sourds-muets de Paris, entend dénoncer l’indifférence coupable dont les sourds-muets ont fait l’objet jusqu’alors. La question de la prise en charge des sourds-muets, des aveugles et des aliénés fait en effet l’objet de nombreux débats pendant la Révolution française. Pour les révolutionnaires, l’enjeu est de se réapproprier le monopole que possédait l’Église sur l’assistance aux pauvres et aux infirmes, mais aussi de poser une question qui devient essentielle dans ce moment de recomposition politique et sociale : quelle place accorder aux infirmes dans cette nouvelle communauté politique en construction ? Tout sujet étant amené à devenir citoyen, l’enjeu de l’intégration de ces individus souvent considérés comme marginaux s’impose comme un impératif national, et se traduit notamment par la mise en place d’institutions nationales, placées sous tutelle du ministère de l’Intérieur et financées, en partie, sur des fonds publics. Ces institutions diffèrent dans leur fonctionnement mais contribuent, chacune à leur échelle, à catégoriser ces populations par leur prise en charge spécifique.

Séance 7 – Histoire des institutions – 21 mai 2024

Présentation du livre Histoire de l’INJS de Paris (publication prévue 2024, Créaphis) – Alexis Karacostas ().

Les banquets de SM – Andrea Benvenuto (EHESS) & Mike Gulliver (chargé de recherche au Deaf Studies Trust – Bristol).

Résumé : Cette communication s’inspire d’un article qui accompagne la publication prochaine d’un ouvrage dédié à l’histoire de l’Institut national de jeunes sourds de Paris. La renommée de l’Institut s’est forgée à partir de l’héritage de l’abbé de L’Épée et de l’enseignement en langue des signes alors même que celle-ci était bannie des salles de classe, marquant, selon les Deaf Studies, la période la plus sombre de son histoire. La mise à l’écart progressive des enseignants sourds et de la langue des signes tout au long du xixe siècle et l’ère ouvertement oraliste qui commence au tournant du xxe siècle, ont placé l’Institution parisienne au centre de critiques dénonçant ces mesures d’oppression des sourds. Si nous avons choisi d’apporter une pierre à l’écriture de l’histoire de l’Institut des Sourds de Paris, en prenant appui sur les banquets des sourds-muets et en nous servant de la notion d’espace sourd, c’est bien parce que les banquets portent à la fois une réponse aux tensions linguistiques et politiques vécues par les sourds à l’intérieur des murs de l’Institut des sourds de Paris. En même temps, ils ne peuvent être analysés sous le seul angle de la réaction à une politique, aussi défavorable soit-elle aux intérêts des sourds. Les banquets représentent un moment capital dans la reconfiguration de la scène en termes égalitaires (Benvenuto, 2009, 2013), là où la réalité alternative d’une humanité signante transperce le monde « normal » et se manifeste dans un lieu spécifique, avec une puissance politique propre (Gulliver, 2004, 2009).

Histoire de la surdité à l’époque antique – Arnaud Paturet (CNRS, Université de Clermont Ferrand).

Résumé : Si la différence et la déficience corporelles n’apparaissent que modérément dans les législations modernes, hormis celles qui visent l’érection du handicap au sens large comme catégorie spécifique, les textes des juristes romains contenus dans divers recueils (Digeste, Sentences de Paul, Code et Institutes de Justinien, Règles d’Ulpien) recèlent des références à diverses formes d’anormalités physiologiques. Ils raisonnent comme un écho aux textes littéraires, ceux-ci fournissent des témoignages au regard de l’exclusion ou de l’acceptation de la différence physiologique selon les cas et les époques. Parmi les sources juridiques, la surdité occupe 32 textes sur la masse juridique documentaire qui nous est parvenue. Les juristes distinguent la défaillance auditive, même sévère, de la surdité totale (D.44.2.1.15). Une fois cette séparation établie, deux hypothèses sont à prendre en compte lorsqu’il s’agit par exemple de contracter des obligations. D’abord celle de la stipulatio qui requiert une interrogation et une réponse afin d’exprimer la promesse d’une action future. Ici ni le muet, ni le sourd ni l’enfant, ni l’absent ne peuvent contracter. En revanche, quand l’obligation n’implique pas la parole au plan formel, les opérateurs du droit sont plus souples. Le juriste sévérien Paul nous indique au D.44.7.48 que dans les affaires où les paroles ne sont pas nécessaires et dans lesquelles le consentement suffit, un sourd peut être contractant parce qu’il lui est possible de comprendre les termes de l’accord. Ainsi, on constate que le droit romain classique n’a pas traité la surdité comme une déficience qui, par principe, pourrait barrer l’accès au droit pour les protagonistes. Les seules restrictions qui subsistent sont celles afférentes aux formes du droit si chères aux juristes Romains.

Séance 8 – Conflits et handicap – 18 juin 2024

Une histoire mutilée. Les invalides en Russie/URSS, 1914-1939 – Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg).

Résumé : Devenus un groupe social à part entière du fait des ravages de la guerre industrielle, les invalides de guerre ont dû mettre en œuvre à leur profit le contrat établi avec l’État en 1912 pour les vétérans du conflit contre le Japon. En effet, dans leur ensemble, leurs commentaires collectifs et leurs initiatives individuelles ont proposé une nouvelle rédaction construite moins sur une base morale/patriotique (recherche de récompense), que sur une base médicale et juridique (recherche d’indemnisation). Ils se sont remobilisés pour un nouveau combat quand c’était encore possible – pendant la guerre – parce qu’ils savaient qu’en Russie, l’État et la société ne reconnaissent pas leur dette envers les vétérans et marginalisent les handicapés. La plupart d’entre eux ont été réduits au silence, mais certains ont appris à écrire “je” et à situer leur destin personnel au milieu de l’histoire générale d’une armée vaincue et d’un village révolutionné.

Des invalides à part. Les effets de la Grande Guerre sur la perception et la prise en charge des maladies mentales à travers le cas des « mutilés du cerveau– Marie Derrien (Université de Lille).

Résumé : Au lendemain de l’armistice, une loi réforme la législation sur les pensions attribuées aux soldats blessés et infirmes. Son article 55 est le seul à concerner une catégorie de pensionnés définie en fonction de l’infirmité dont ils sont atteints : les anciens combattants atteints de troubles mentaux. Exclus des soins médicaux gratuits, ceux-ci sont contraints de faire prélever sur leur pension leur frais de séjour à l’asile, mais aussi une indemnité pour leurs épouses et leurs enfants qui n’ont pas droit aux statuts de veuve et d’orphelin. Puis, au cours de l’entre-deux-guerres, le bénéfice de la “présomption d’origine”, en vertu de laquelle ils n’ont pas à prouver que leur maladie est imputable à la guerre, leur est de plus en plus contesté. Bon nombre voient leurs demandes de pension rejetées, tandis que les portes des écoles de rééducation leur sont fermées. Ainsi, le traitement réservé au handicap mental diffère fondamentalement de celui que suscite le handicap physique. Nous montrerons pourquoi et ce que cela implique pour les « mutilés du cerveau ».

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search