Archives de catégorie : About us

Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge – Université catholique de Louvain, 19-20 avril 2018

Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge

Colloque international (Université catholique de Louvain, 19-20 avril 2018)

 

 

Programme

Jeudi 19 avril 2018

14h

Accueil des participants

14h30
Séance I / Imaginer la frontière de l’humain : entre texte et enluminure

Christine Ferlampin-Acher
(U. de Rennes II)
Le monstre Malegrape dans Artus de Bretagne (§§ 108 ss.) entre textes et images

Damien Kempf (U. of Liverpool)
Monstrous Tales, Monstrous Beasts : Saracens as Hybrids

András Borgó (U. Innsbruck)
Hybrid Bodies in Hebrew Manuscript Illuminations

16h

Pause café

16h30
Séance II / Narrations monstrueuses : fantaisie du soi et de l’autre

Miranda Griffin (U. of Cambridge)
Mélusine and Margaret : Assemblages and Monstrous Maternity

Jessy Simonini (ENS, Paris)
Cors, bras et chiere aveit semblant as noz: images du centaure dans le Roman de Troie

Antonella Sciancalepore
(UCLouvain)
Chevaliers-poisson et enfants-arbalète: recherches sur les hybridations humain-inorganique

Vendredi 20 avril 2018

9h15

Accueil

9h30

Séance III / Encadrer le monstre : la science face à l’hybride

Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, Paris)
Le Monstres des hommes

Catherine Megan Crossley (U. of Liverpool)
Human or Hybrid? Medieval Monstrous Men and the Question of the Soul

10h30

Pause café

11h

Séance IV / Lost in time : les transformations de l’hybride

Jacqueline Leclercq-Marx (ULB, Bruxelles)
Une frontière très mouvante. L’humanisation du monstrueux dans le haut Moyen Âge et le Moyen Âge central

Grégory Clesse – Florence Ninitte (UCLouvain – U. zu Köln)
Pérégrinations des peuples hybrides dans les histoires et géographies de l’Orient

Clémence Gauche (U. de Nantes)
Identité aux frontières de l’humain : monstres et hybrides dans les sceaux de la fin du Moyen-Âge (XIIe-XVIe siècles)

 

13h45

Séance V / Table ronde conclusive

Modérée par Cristina Noacco (U. de Toulouse II) et Antonella Sciancalepore

 

More infos on the UCLouvain website.

Histoire du handicap dans l’Europe médiévale

La thématique scientifique du carnet est l’histoire du handicap dans les sociétés pré-modernes. Depuis le développement des questions sociales qui aboutissent avec l’école des Annales, l’histoire s’est intéressée aux problématiques touchant les oubliés d’alors, dont font partie les pauvres mais aussi les infirmes qui sont alors historiquement traités identiquement. Avec la propagation de l’interdisciplinarité qui cause l’arrivée des Disabilty studies, les historiens font évoluer leurs réflexions. La sociologie notamment, par l’interactionnisme symbolique ou les concepts de déviance et d’exclusion qu’elle élabore, permet au handicap de devenir un objet d’étude constitué. La discipline historique s’intéresse alors à la marginalisation de ce groupe des pauvres en distinguant l’identité sociale virtuelle (stéréotype), de l’identité sociale réelle, notamment grâce à la notion de stigmates.
Cette historiographie a eu de grandes répercussions en France, alors que le monde anglophone est en pleine structuration du champ des Disability studies. La naissance de ces études entraîne un renouvellement des approches grâce à l’apparition du modèle social (qui distingue l’infirmité comme facteur biologique, du handicap comme création sociale) et du modèle culturel (qui suppose une construction culturelle de cette même création sociale du handicap). Dans les années quatre-vingt à deux mille, de nombreuses publications, principalement anglophones, tentent de traiter les sociétés historiques, modernes ou prémodernes, grâce à ce schéma d’analyse. Replaçant l’acteur au centre de la société et non plus comme un exclu, les publications utilisant le modèle d’analyse social foisonnent, tout comme celles plus attachées au modèle culturel qui, sous la forme de monographie, cherchent alors la place culturelle qu’occupe une catégorie de personne en situation de handicap.
Pourtant, les premières critiques abondent contre cette démarche qui impose, dans une certaine idée militante, une vision du monde adaptée aux sociétés capitalistes, mais non pertinente pour les sociétés du passé que les historiens étudient. L’utilisation des critical disability studies dès les années deux mille leur permet de sortir de l’opposition binaire que supposent les modèles social et culturel entre le handicap et l’infirmité, entraînant la naissance de la disability history comme champ constitué avec ses outils propres. Cependant, depuis ce moment, la disability history ne trouve pas sa place en France. Les questions qu’elle aborde et les concepts qu’elle mobilise, issus de l’interdisciplinarité anglo-saxonne (queer theory, southern theory, gender studies, colonial studies…) n’ont pas encore trouvé leur résonance. En effet, les problématiques qu’elle soulève sont à la croisé de plusieurs disciplines, qui, en France, sont clairement cloisonnées (sociologie, anthropologie, histoire…) et dont les frontières sont, pour l’instant encore, difficilement franchissables.
En espérant que ce carnet de recherche puisse faire le lien à la fois entre les disciplines, les thématiques et les périodes pré-modernes, je vous souhaite une bonne recherche.

 

Ce carnet de recherche « Histoire du handicap dans l’Europe médiévale » bénéficie d’un numéro ISSN (numéro international normalisé qui permet d’identifier les titres de publications en série (journaux, revues, bulletins, magazines, annuaires, rapports, classeurs à feuillets mobiles, collections éditoriales), quels qu’en soient le support (imprimé, en ligne, cédérom etc.) et la fréquence de parution.)

 

ISSN 2551-6191