Archives de catégorie : About us

CFP « Re-imagining the Christian Body » Univ. Turku (Finland) 2-3 Nov. ’17.

Re-imagining the Christian Body
Interdisciplinary Conference University of Turku 2-3 November 2017

 
This conference concentrates on the ways in which the human body has been imagined and re-imagined in different Christian cultures at different times from Late Antiquity to present day. In Christianity the human body is often perceived as a privileged site not only for the God-Man relationship but also for the formation of and relationships within and between, communities of believers. These perceptions emerge from and generate different imaginaries of the body. Imagination can be understood as a human faculty that in many ways plays a central part in people’s religious lives and experiences. The notion does not imply something that is false or untrue but rather denotes the ways people go about constituting and perceiving their lived world and their immanent and transcendent environments and relationships. Therefore, Christian imaginaries of the body are not static but depend on the Christian culture in question and are subject to negotiation and change. They also are often central to religious schisms and conflicts but shared imaginaries of the body also have the capacity to unite.

This conference focuses especially upon changes and alterations: how and why does the Christian body become re-imagined in different Christian cultures? What is the role of such imaginations of the body in religious practice, art, museums, and science, for example? What are the methods and technologies for imagining the body in these contexts? What ethical and other consequences do different imaginations of the body and alterations in them have for Christians and for society at large?

 

Keynote speakers in the conference are:

Bonnie Effros, Department of History, University of Florida http://history.ufl.edu/directory/current-faculty/bonnie-effros/

Annelin Eriksen, Department of Social Anthropology, University of Bergen http://www.uib.noien/persons/Annelin.Eriksen
We encourage submissions from different disciplines and from a variety of perspectives. Potential topics include, but are not restricted, to the following:

  • Historical imaginations of the body
  • Saints and relics
  • Body and identity
  • Gender, sexuality and imagination
  • Illness and health
  • Power and authority in limiting or expanding the imagination of bodies
  • Body in religious art
  • Christian utopias and dystopias and the body
  • Limits of imagining the body
  • Methods, practices and technologies for imagining the body
  • Epistemology and imagination of the body
  • Imagination as researcher’s tool

Proposals for individual papers should be sent to cscc@utu.fi by 20 June 2017. Please include in the submission a paper abstract of no more than 250 words and your name, affiliation and e-mail address.

Notifications of abstract acceptance will be sent by June 30.

The conference fee is 50 euros (reduced fee available for graduate students). This covers the programme, coffees and banquet on Thursday evening.

Conference homepage can be found at: reimagining.utu.fi.

The conference is organised by the Turku Institute for Advanced Studies (TIAS), the Centre for the Study of Christian Cultures (CSCC) and the Turku Centre for Medieval and Early Modern Studies (TUCEM EMS).

Histoire du handicap dans l’Europe médiévale

La thématique scientifique du carnet est l’histoire du handicap dans les sociétés pré-modernes. Depuis le développement des questions sociales qui aboutissent avec l’école des Annales, l’histoire s’est intéressée aux problématiques touchant les oubliés d’alors, dont font partie les pauvres mais aussi les infirmes qui sont alors historiquement traités identiquement. Avec la propagation de l’interdisciplinarité qui cause l’arrivée des Disabilty studies, les historiens font évoluer leurs réflexions. La sociologie notamment, par l’interactionnisme symbolique ou les concepts de déviance et d’exclusion qu’elle élabore, permet au handicap de devenir un objet d’étude constitué. La discipline historique s’intéresse alors à la marginalisation de ce groupe des pauvres en distinguant l’identité sociale virtuelle (stéréotype), de l’identité sociale réelle, notamment grâce à la notion de stigmates.
Cette historiographie a eu de grandes répercussions en France, alors que le monde anglophone est en pleine structuration du champ des Disability studies. La naissance de ces études entraîne un renouvellement des approches grâce à l’apparition du modèle social (qui distingue l’infirmité comme facteur biologique, du handicap comme création sociale) et du modèle culturel (qui suppose une construction culturelle de cette même création sociale du handicap). Dans les années quatre-vingt à deux mille, de nombreuses publications, principalement anglophones, tentent de traiter les sociétés historiques, modernes ou prémodernes, grâce à ce schéma d’analyse. Replaçant l’acteur au centre de la société et non plus comme un exclu, les publications utilisant le modèle d’analyse social foisonnent, tout comme celles plus attachées au modèle culturel qui, sous la forme de monographie, cherchent alors la place culturelle qu’occupe une catégorie de personne en situation de handicap.
Pourtant, les premières critiques abondent contre cette démarche qui impose, dans une certaine idée militante, une vision du monde adaptée aux sociétés capitalistes, mais non pertinente pour les sociétés du passé que les historiens étudient. L’utilisation des critical disability studies dès les années deux mille leur permet de sortir de l’opposition binaire que supposent les modèles social et culturel entre le handicap et l’infirmité, entraînant la naissance de la disability history comme champ constitué avec ses outils propres. Cependant, depuis ce moment, la disability history ne trouve pas sa place en France. Les questions qu’elle aborde et les concepts qu’elle mobilise, issus de l’interdisciplinarité anglo-saxonne (queer theory, southern theory, gender studies, colonial studies…) n’ont pas encore trouvé leur résonance. En effet, les problématiques qu’elle soulève sont à la croisé de plusieurs disciplines, qui, en France, sont clairement cloisonnées (sociologie, anthropologie, histoire…) et dont les frontières sont, pour l’instant encore, difficilement franchissables.
En espérant que ce carnet de recherche puisse faire le lien à la fois entre les disciplines, les thématiques et les périodes pré-modernes, je vous souhaite une bonne recherche.

 

Ce carnet de recherche « Histoire du handicap dans l’Europe médiévale » bénéficie d’un numéro ISSN (numéro international normalisé qui permet d’identifier les titres de publications en série (journaux, revues, bulletins, magazines, annuaires, rapports, classeurs à feuillets mobiles, collections éditoriales), quels qu’en soient le support (imprimé, en ligne, cédérom etc.) et la fréquence de parution.)

 

ISSN 2551-6191